Facebook

Témoignages de professionnels

Témoignage de Madame Méchin Emeline orthophoniste

Je vois la jeune Camille en séances d’orthophonie depuis environ 3 mois et je vous présente ci-dessous le travail que nous effectuons ensemble à ce jour. Je rappelle qu’une prise en charge orthophonique est adaptée à chaque enfant et évolue en fonction de celui-ci, de ses nouveaux besoins, de ses progrès et de ses difficultés. 

Mon travail a commencé par l’observation de cette enfant et par des entretiens avec ses parents afin de la connaître, de comprendre dans la mesure du possible comment elle fonctionne, quels sont ses besoins, ses difficultés et ses capacités de communication actuelles.

Mon principal objectif de soins est de permettre à Camille d’avoir une communication fonctionnelle : une communication efficace avec toute personne dans toutes les situations de communication possibles. Ainsi, je travaille en étroite collaboration avec ses parents qui assistent aux séances mais également avec les autres professionnels qui l’accompagnent.

Camille présente un trouble du spectre autistique. J’utilise par conséquent mon expérience auprès d’enfants et d’adolescents porteurs d’autisme ainsi que les formations effectuées autour de cette pathologie dont les formations PECS et ABA fonctionnel (http://www.pecs-france.fr/) pour élaborer les séances d’orthophonie. Actuellement, nous commençons à apprendre à Camille à communiquer par échange d’images pour demander un objet ou un aliment. Pour plus d’informations sur ce système de communication, je recommande de consulter directement le site de PECS France.L’idée est de proposer à l’enfant une méthode de communication dite alternative au langage oral (par des photos, pictogrammes, gestes, etc.) c’est-à-dire non verbale qui sera plus facile à apprendre pour lui. Cette communication alternative sert alors d’appui pour solliciter le développement du langage oral verbal. Camille s’exprime déjà par mots et phrases courtes de façon compréhensible. Cette méthode a donc pour but de faciliter sa communication et de soutenir, d’encourager le développement du langage oral verbal. En parallèle, mes objectifs de soins sont également de favoriser le développement des capacités reliées à la communication : se regarder quand on communique (dans les yeux, regarder le visage, la bouche…), porter une attention conjointe sur une même chose, respecter des tours de rôle dans le jeu, imiter l’autre dans ses gestes, ses mimiques faciales, ses verbalisations et autres, effectuer des grimaces, jeux de bouche et de souffle pour renforcer la musculature et la tonicité de la sphère oro-faciale, écouter des sons divers et variés, etc. En parallèle du développement de la communication, j’aborde le comportement de cette enfant en collaboration étroite avec les autres professionnels de soins de Camille du CAMSP. Nous souhaitons l’amener à avoir des comportements adaptés et plus particulièrement une attitude de « travail » ou d’élève. Cela concerne par exemple la capacité à rester assise devant une table, à attendre ou à porter son attention sur les activités proposées. Puis nous tâchons de limiter les comportements inadaptés (voir la méthode ABA) en comprenant tout d’abord quelle en est la cause et quels sont les effets produits et désirés par l’enfant (obtenir un objet, l’attention de l’adulte, éviter une situation désagréable, etc.). Il est, entre autres, important de ne pas la « noyer » dans un flot de paroles mais d’accepter d’être silencieux, de ne s’exprimer que par mots isolés ou des phrases très simples et courtes afin de faciliter sa compréhension. Pour donner un autre exemple, face à une crise, si l’on adopte une attitude et un visage neutres, l’enfant se calme plus facilement que si l’on réagit par des paroles, cris, gestes ou une attention excessive portée sur lui.

En conclusion, ma mission d’orthophoniste est de favoriser la communication de Camille au quotidien et qu’elle soit la plus efficace possible, en étroite collaboration avec toutes les personnes qui entourent Camille (ses parents et sa famille, les professionnels de santé et d’éducation,…).

Aliquam velit, vulputate, Aenean elementum Donec efficitur. quis, sit mi, libero. eget